mardi 28 février 2012

Technique agricole expliquée en images

Pour pailler un cochon, il faut :

Un : un équilibriste spécialisé en lancé de paille (extrêmement rare)





  
Deux :  un cochon avec une belle tache noire sur le dos (impératif) au dessus duquel vous allez lancer de belles brassées de paille (attention, regardez bien le mouvement, ne faites pas n'importe quoi, hein ?)
  


 


et hop  : voilà le résultat.C'est beau, c'est propre. c'est presque de lard.

'Pas encore homologué pour le prochain salon de l'agriculture mais... on y travaille.

Chronique de la Grande rivière, semaine 9

clic clic sur le titre !

dimanche 26 février 2012

Emission Paysans étrangers

 Le magazine Interception sur France inter  consacre quelques reportages sur les  "étrangers" venus s'installer comme paysans en France

C'est là (copier coller le lien)
la première :
http://www.franceinter.fr/emission-interception-terre-de-france-paysans-etrangers-la-france-envers-et-contre-tout 
la seconde :
 www.franceinter.fr/emission-interception-terre-de-france-paysans-etrangers-heureux-comme-un-british-en-france

lundi 20 février 2012

Premières naissances de l'année

Très très très très très petite portée de trois porcelets, ici endormis (pas de meilleure photo, la mère est tellement protectrice que l'on s'aventure peu à rentrer dans le box !)

Fraîcheur du matin...

...vous met le cœur plein d'entrain


'Y paraît.

aéroport de Notre Dame des Landes


Le projet de nouvel aéroport de Notre Dame des Landes ou
Le projet pharaonique du siècle dernier

SORTONS D’UN PROJET SANS AVENIR !

Près de Nantes, un projet d’aéroport menace 2000 hectares de terres agricoles d’une biodiversité exceptionnelle… et 47 exploitations agricoles.

Pourquoi un tel projet ?
§  Pour le concorde (année 1960) ?
§  Pour être un « Rotterdam aérien » (année 1970) ?
§  Pour être le 3ème aéroport parisien (année 1990) ?
§  Pour faire face à une saturation future (2002) ?
§  Pour la sécurité (2006 enquête publique) ?
§  Pour urbaniser le sud de Nantes (2009) ?
§  Pour l’airbus A380 gros porteur (2009) ?
 
En fait : Pour l’image, le prestige, « le développement »…

Ce projet (partenariat public privé) est estimé à  550 millions d’euros : il est largement sous estimé et bénéficierait, s’il se réalisait de fonds publics importants (près de 50%).
A l’heure actuelle où le gouvernement nous impose des économies et où les peuples d’Europe paient les frasques du système financier, l’abandon du projet permettrait d’économiser 250 millions d’euros et même plus avec les projets connexes non budgétés (liaisons ferroviaires, LGV NANTES/RENNES, tram train, pont sur la Loire, etc…).

Il aura des incidences dans toute la région, surtout pour des projets plus pertinents et structurants pour les territoires par exemple en Sarthe :
La remise en fonction pour le transport de passagers de la ligne ferroviaire
LE MANS- LA SUZE-LA FLECHE.                                                                                               ... /…

Actuellement l’aéroport NANTES-ATLANTIQUE est loin d’être saturé en terme de nombre de passagers et de trafic. Il fonctionne au tiers de sa capacité, une baisse d’activité est constaté depuis 10 ans (43400 mouvements en 2000, 39800 en 2010).Tous les experts (pilotes de ligne en premier) reconnaissent que l’actuel aéroport n’est ni dangereux ni bruyant pour la population. Le survol de zones fortement urbanisées pourrait être diminué par des moyens techniques mis en place dans d’autres aéroports et, si le nombre de mouvements venait à augmenter de manière très importante, une réorientation de la piste actuelle pourrait être étudiée.
Le contexte environnemental, économique et géopolitique ne favorise pas la croissance du secteur aérien, loin de là.
Ce projet ne sera pas créateur d’emplois sauf pour sa construction, après il s’agira surtout de transferts de ceux de NANTES-ATLANTIQUE, avec une dégradation du déséquilibre d’emplois entre le nord et le sud de l’agglomération. A moyen terme le maintien en service  des aéroports de RENNES et ANGERS peut être remis en cause.

Notre collectif vous donne rendez vous pour échanger et débattre sur ce projet en partenariat avec les membres de
l’ A.C.I.P.A (association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport).

Mercredi 7 mars 2012 à 20h
Salle FULBERT MASSON (derrière le cinéma le royal)
25 rue Maryse Bastié au MANS.

Nous organisons un déplacement en car pour la manifestation de NANTES
samedi 24 mars 2012
Pour les soutenir et aider à combattre ce projet ruineux et néfaste.
Tarif : 15 euros ; 8 euros pour les sans emplois et précaires
Contact : nddlopposition72@gmail.com

Association, syndicats et partis politiques qui nous soutiennent :
La confédération Paysanne, A.T.T.A.C 72., les amis de la confédération paysanne,A.D.A.S. CIVAM,ASPIE 72 l’U.N.E.F. , E.E.L.V, le N.P.A. le Parti de Gauche.

dimanche 19 février 2012

samedi 18 février 2012

Nettoyage par les animaux, suite

Rappelez vous :

Novembre 2011, nous avions vidé notre plus vieille serre et installé des cochons dedans pour nettoyer surtout les bordures envahies par le chiendent, les orties et les chardons

Puis ce fut le tour d'une petite bande de porcelets

et aujourd'hui, voilà le résultat :








Dans les zones bien retournées, un examen plus complet à la fourche révèle qu'il reste bien ça et là quelques racines ayant échappé à l’appétit vorace des petits gloutons, mais bon, par rapport à ce que c'était, on peut dire qu'il n' y a quasiment plus rien.



Coté chemin, la limite du parc avec le fil électrique les a empêché de bien tout enlever, mais la terre est meuble et les racines apparentes, alors il ne nous reste plus qu'à les enlever à la main (tiens aujourd'hui est une belle journée pour s'y mettre !)

 

Et la semaine prochaine, le sol commencera à être travaillé pour la mise en culture...
L'inconvénient de tout ça,c'est que ça a mobilisé une serre pendant la période hivernale, et quand on en a pas beaucoup, une serre, ça compte.
Mais
- il y avait vraiment besoin de faire quelque chose contre les herbes dites indésirables (nous verrons durant cette année si ça valait le coup ou pas )
- les cochons ont assuré une partie de la fertilisation (cependant difficile à contrôler et à mesurer)
-et si on avait mis ça en culture, avec du radis par exemple, puis on se dit qu'avec le froid qu'il y a eu, peut-être aurions nous perdu la culture (c'est la serre la plus froide, et puis on se rassure comme on peut !)


Qui va là ?

vendredi 17 février 2012

Rêves de glace

 


En fait, le rêve de glace d'un simple bac d'eau


Qui aurait pensé que l'on puisse y voir tant de beauté ?

...Et pour découvrir le chant de la glace, c'est là :

L'appareil photo remarche, mais...

...méfions-nous de la vache trop affectueuse

mercredi 15 février 2012

Légumes 2012

Pour découvrir ce que nous prévoyons de mettre en culture, clic clic sur le titre !

"Manger comme un cochon"

journée d'indignation, de manifestation citoyenne (et festive), prévue pour le 24 ou 25 mars 2012, au Mans.


Indigné(e)s mais résolu(e)s :
La soupe fume !
Appel citoyen
24 ou 25 mars 2012




Cinq ans de démolitions, de liquidations: des lieux, des formes, des liens, du “vivre-ensemble” que ce pouvoir et les oligarchies qu’il représente ont  eu l’arrogance  d’administrer à ce pays. “Réformes” à tour de bras… à tour de casse, pour asséner le “chacun pour soi” sous le sceau d’une idéologie du profit à outrance, comme viatique du XXIe siècle, après les désastres du XXe.

La crise ne cesse plus d’en étaler et approfondir les ravages, massivement.
On exigerait en sus, à ceux qui la subissent, d’en rembourser les aberrations et pour comble d’en célébrer les mérites pour les intérêts de ces mêmes faiseurs d’aberrations destructrices !

Qui dira devant l’hécatombe, que s’indigner serait naïf et que les “lois complexes” de ce monde ne sont pas à la portée et de la responsabilité des choix citoyens ?
A nous d’en décider.

Alors donc, les échéances électorales s’approchant, il est urgent d’en confirmer l’enjeu et d’en préparer les suites :  ou bien continuer la casse dans une servitude aveuglée, ou bien porter haut et fort la décision démocratique d’en rompre la fatalité, d’en récuser le “cours boursier” et l’idéologie tentaculaire.

A ces sommations du mépris, à l’asphyxie de plus en plus violente des conditions du vivre, à la soumission aux diktats de la “globalisation” et la perte extensive de nos droits (sauf sans doute celui de s’entredéchirer )…nous préférons la revitalisation des principes qui fondèrent le sens républicain de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, en actes.

Il revient à chacun d’en ressouder l’élan de résistance et d’émancipation, dans l’inventivité des ressources d’agir.
Nous pouvons renouer avec la combativité des initiatives et des coopérations citoyennes, à travers la prolifération des inventions solidaires, la richesse du partage et du bien commun, des hospitalités fécondes.

En vertu de ces droits, appelons le 24 (25) mars à manifester l’indignation dans le joyeux oratoire des luttes, en pensées, en paroles, en contributions multiples, par tous les corps et tous les métiers.

Portons en voix, en paroles, en musiques, en écrits le soulèvement du réel concret.

Partageons la soupe à l’ortie, au lieudit de «Fonderie, avenue de la Libération, Le Mans, le samedi 24 (25) mars 2012 à partir de ??h.

première rencontre d'information a lieu aujourd'hui mercredi 15 à 18h30 à la Fonderie

mardi 14 février 2012

dimanche 12 février 2012

vendredi 10 février 2012

mardi 7 février 2012

Chronique de la Grande rivière, semaine 6

Petit aperçu de notre semaine, en cliquant sur le titre

dimanche 5 février 2012

Pour 2012 : bientôt les variétés dévoilées !

POUR 2012 : encore plus de variétés !

Parce que vous aimez ça, et nous aussi !
Bien entendu, parfois vous ne vous y retrouvez plus : " Est ce une carotte ou du panais ? Et ce truc  là dont ils nous disent que c'est du navet, ça ressemble  pas plutôt à du radis noir ??"
Pour le plaisir de changer vos habitudes, de vous bousculer dans vos repères, nous allons encore essayer de nouvelles variétés (en plus des très classiques) en 2012.
Vous trouverez donc avec nous beaucoup de type de légumes que vous ne trouverez nulle part ailleurs et dont vous ne soupçonniez même pas l'existence !

Mais quelles variétés ?

Nous privilégions  les variétés issues de semences non hybrides (appelées aussi F1)

Semences hybrides, késako ? :  ce ne sont pas des OGM ! Ce sont des semences issues de croisement entre deux variétés. Ce croisement va permettre d'avoir des variétés plus résistantes, plus vigoureuses, de meilleur rendement, de meilleure conservation, plus homogènes.  Et en plus, au niveau du gout, il est faux de croire qu'il y en aura moins parce que c'est une variété hybride. (Le gout d'un légume est très très complexe, cela dépend bien entendu de la variété, mais aussi du climat, du terroir, et notre expérience a montré que nous pouvions avoir des gouts différents pour une même variété de tomates  cultivée au même moment mais dans deux serres différentes).
En ce qui concerne les légumes hybrides, c'est donc la quasi totalité de ceux que vous retrouvez partout à la vente, que ce soit en culture chimique ou en bio.

Bref, ça ressemblerait à du pur bonheur sauf que :
1/les variétés hybrides sont créées par de grosses sociétés dont la philanthropie est égale à la sensation de chaleur que l'on éprouve face à un un bloc de glace : aucune. Ces sociétés déposent des brevets et n'ont d'autres vocations qu' engranger de l'argent.
2/si on cultive une carotte hybride par exemple, on évitera de ressemer les graines pour sa reproduction : non qu'elles soient stériles, mais on ne sait pas ce que l'on obtiendra en deuxième génération. Donc on rachète de la semence à la grosse multinationale, tous les ans, et très très très très cher (en même temps, comme on a plus de rendement, le producteur n'y perd pas forcément)
3/ le nombre de variétés qui se retrouvent sur les étals se réduit comme peau de chagrin. Et une variété qui n'est plus cultivée disparaît.

Pour prendre l'exemple de Kokopelli,  vous connaissez tous le travail de conservation de la biodiversité alimentaire de cette association. Vous avez peut-être déjà signé des pétitions pour soutenir ses efforts. Mais quel est le sens d'apposer sa signature sur une pétition si dans le même temps on ne veut que des légumes tout beaux tout propres, qui se conservent très longtemps, jolis à regarder ?

Quel est le sens  de votre engagement auprès de nous (=soutien à la paysannerie locale) si de notre coté on finance, par le biais de nos achats, de grosses entreprises semencières ?

C'est la raison pour laquelle, de plus en plus, nous achetons nos semences à de petites entreprises de production artisanale de semences biologiques et biodynamiques : germinance, biaugerme, et un peu cette année à kokopelli.
(Dans le même esprit de cohérence, pour fertiliser nos terres, nous fonctionnons en grosse partie avec des amendements que nous trouvons près de chez nous : fumiers compostés que nous trouvons auprès de collègues éleveurs bios, ou fertilisation issue de nos animaux. Autant que possible, on souhaite limiter l'emploi d'engrais certes bios mais industriels, car le processus de fabrication et le transport des ces matières jusqu'à nous engendre aussi des coûts écologiques).

La conséquence de tout cela, c'est que, parfois, nous pouvons avoir des légumes qui se conservent moins longtemps ou plus fragiles (je prends l'exemple des tomates ou des courgettes où il y a de très grosses différences de conservation entre hybride et non hybride).

Nous cultivons donc aussi quelques variétés hybrides : la moitié de notre production de tomates, de courgettes, un peu de choux aussi. Pourquoi ? parce que d'une manière générale, comme je le disais plus haut, les légumes qui en sont issus se conservent mieux et sont moins sensibles aux maladies.
L'exemple des courgettes est pour nous flagrant. Mais on essaie des variétés chaque année, comme par exemple la blanche d'Égypte en 2011, très bonne variété non hybride qui se conserve bien, et dont nous poursuivons la production en 2012. Et peut-être qu'un jour  on se passera des hybrides. De même, on a arrêté de cultiver la variété de carottes "purple haze" au profit de la "rouge sang", moins spectaculaire mais non hybride, et multipliée par de petits exploitants semenciers.

Nous sommes partagés entre notre désir et notre besoin d'être cohérent avec nos convictions et notre besoin de vendre notre production, donc de vous satisfaire.

Producteurs comme consommateurs, nous avons tous notre responsabilité dans ce qui nous arrive : la perte de la biodiversité ou son maintien, ou la grande santé financière des entreprises que pourtant l'on conspue.

On a donc des choix  de cohérence à faire, et ces choix là on souhaite les faire avec vous, avec votre soutien et votre compréhension.

Merci à vous d'être là, on attend désormais avec impatience le retour du printemps !

Les prévisions des légumes  qui seront mis en culture en 2012 vous seront présentées dès que possible.
Peut-être qu'on vous fera gouter à des choses qui ne sont pas dessus, des trucs qu'il faudra deviner (comme le radis serpent l'année dernière !!) Mais ça c'est la pochette  "surprise" du contrat !
Vous pouvez d'ors et déjà trouver les résultats du questionnaire de satisfaction pour 2011 à cette adresse : http://croqueursdelegumes.free.fr/fichiers/2012203093908Sondage2011.pdf
bonne journée
Damien et Isabelle

samedi 4 février 2012

Y'a trois ans à la même époque

Pas encore d'appareil photo alors on prend les vieilles ...

Février 2009 : taille et plantation d'osier dans la haie
 
et les chats poussaient encore dans les arbres

mercredi 1 février 2012

Reportage à voir sur arte pendant 7 jours

Pour ceux qui aiment les plantes, c'est à voir
(cliquer sur le titre)