mercredi 14 novembre 2012

Chronique de la grande rivière, semaine 47

Je ne sais pas quand est ce qu'ils ont su.
Ni comment.
Ni pourquoi.
N'empêche que depuis cet été où nous prîmes la ferme décision d'arrêter notre petit élevage de cochons, ces derniers nous font des trucs de ouf !

Ça a commencé par Dédé qui remporta haut le groin le premier prix porcin lors du comice cantonal.



Puis ce fut celle que l'on nomme tour à tour "coquine", "filoute" ou "chipie"


qui, alors qu'elle et sa fratrie avaient été placées à l'intérieur de la camionnette  de leur nouveau propriétaire, s'en échappa, parcourut les deux kilomètres qui nous sépare du village pour en revenir à la nuit tombée toute fringante  avec derrière elle un Damien qui , parce qu'il lui avait couru après, ne l'était plus trop, fringant...
Non seulement cette petite rouquine aux yeux de velours s'échappa une deuxième fois d'une autre camionnette, mais elle défie depuis toute forme de clôture électrique et on la retrouve souvent en train de promener son petit groin charmant à travers champ !

Et puis il y a eu cette mère cochon qui, lorsque nous passions à coté d'elle, rassemblait sa toute jeune et belle progéniture pour la mettre sous notre nez.
Il se trouve que, quelques jours auparavant, j'avais écouté une émission relatant des expériences qui montraient que la vue de bébés humains ou animaux provoquaient en nous un effet immédiat de tendresse et une envie de protéger, bref, vous l'aurez compris, tout le contraire que ce que nous avions prévu pour ces beaux cochons !
Et tandis que j'étais partie d'un bon pas trouver Damien pour lui proposer d'en garder au moins un parce que "quand même regardes comme il sont trognons",  je compris le stratagème de ces bêbêtes à la queue tirebouchonnante : ils faisaient tout pour qu'on les garde, les coquins !

Alors, auront ils eu raison de se démener ainsi ?
Les cochons resteront ils présents à la Grande Rivière tout le temps que durera notre épopée légumière ?
Dédé fera il encore chavirer le cœur de ces dames ?
Le bain de pattes sera il encore au gout du jour dans les prochains mois ?
Vous le saurez dans à peu près un an, un an et demi (c'est le délai que l'on se donne pour s'en séparer !)

En attendant j'ai choisi d'exploiter à fond le truc du bébé qui provoque attendrissement et larmes aux yeux...
 J'me suis dit que ça marchait p'têt aussi pour les légumes et que justement cette semaine, devinez ce que nous vous avons prévu ?

Petits chanceux, va, mais oui !  Une série de bébés céléris raves !

Et pour accompagner ces petits céléris trop mignons tout plein, vous aurez :
des navets (un peu coupés : malgré les voiles, la mouche a sévi, à cela s'est ajouté un peu de maladie qui déforme les racines)
des oignons
de la salade (scarole ou frisée)
du chou
du radis rave
(contenu susceptible de modifications suivant récolte)

Il ne me reste plus qu'à aller préparer tout ça, non sans  avoir joué un petit peu avec Capucine (ou elle avec moi, c'est selon)


et fait un petit tour...aux cochons, bien sûr !
a demain

Isabelle

Aucun commentaire:

Publier un commentaire