dimanche 21 août 2011

"Demain, dès l'aube,

à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...

Car cochon du matin 
a rarement le ventre plein "
(poème local, et même très très local)

 (La bande à Dédé : 'donne pas très envie de rentrer dans le parc...m'enfin, 'faut bien ?!)




Quelques minutes plus tard, comme ultime récompense pour avoir échappé à l’appétit féroce des cochons : lever de soleil !





Et pour le soir, peinture agricole...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire