samedi 30 juillet 2011

Pas de quoi nous rendre chèvre

Quand les propriétaires d' Estragon et Échalote nous ont proposés de les prendre en pension pendant leurs vacances , on n'a pas hésité longtemps...
Deux biquettes (rapidement renommées Biquou et Biqounette), ça allait nous rappeler un peu du temps de jadis, du temps où nous étions jeunes et un peu fous, le temps du début.
Le terrain, une friche,  était alors un foisonnement végétal, on n'en voyait pas le bout. Ça avait du bon, on avait l'impression que c'était immense, que tous nos rêves pourraient y prendre place.  Quand on ne voit pas grand chose, ça laisse la place à l’imagination. Alors les biquettes furent (avant vaches, veaux, cochons, poules, âne et mulet) les premières à "s'en mettre plein le ventre" comme on dit chez nous.

                                  les chèvres d'hier

et celles d'aujourd'hui 



































A l'époque, il arrivait qu'elles échappent à notre surveillance pour faire ce qu'une chèvre sait si parfaitement faire : sauter les clôtures. Ça ne risque pas d'arriver à  nos deux vacancières d'aujourd'hui. Parce qu'elles sont un peu sauvages, et que les sauvageonnes, c'est difficile à rattraper quand ça saute les clôtures ! Donc...au piquet.  Punies avant même d'avoir commis la moindre bêtise.
Mais les piquets, c'est un peu dans la tradition "familiale" ...Car ce sont des chèvres des fossés, race locale longtemps utilisée pour nettoyer, comme son nom l'indique, les fossés et qui a faillit disparaître. C'était la chèvre du pauvre, de celle qui permet de subsister avec les moyens du bord. Et donc, le piquet, c'était un peu leur quotidien, la longueur de la chaîne : l'espace de leur vie.

Aujourd'hui encore, on perpétue la tradition. Ici, chez nous. Pas la faute à nous, non. Pour les réclamations, voyez leurs propriétaires et pour les voir, attendez quelques semaines.
 Je ne sais pas ce qu'en pensent nos deux  biquettes. Je n'arrive pas encore à définir ce qui ce cache derrière leur petit bêlement discret, mais un jour peut-être...




Pour en savoir plus sur la chèvre des fossés :
www.chevredesfosses.fr




Aucun commentaire:

Publier un commentaire